Contribution des infirmières et infirmiers auxiliaires asymptomatiques : une mesure de dernier recours pour préserver l’accès aux soins

Alors que les hospitalisations sont en forte hausse au Québec et que les cas de COVID-19 se multiplient massivement, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) a annoncé différentes mesures pour faire face à cette nouvelle vague de la crise. Comme annoncé par le gouvernement le mardi 28 décembre, les travailleurs de la santé actuellement atteints de la COVID-19 pourront travailler sous certaines conditions, afin de limiter les bris de services. L’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ) a pris acte des conditions associées à cette mesure exceptionnelle, dans un contexte d'urgence sanitaire où le risque de rupture de services est élevé.

De cette manière, l’OIIAQ abonde dans le même sens que les avis publiés par le Collège des médecins du Québec et l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. Ainsi, une infirmière ou un infirmier auxiliaire asymptomatique qui exerce dans le but de répondre aux besoins du réseau de la santé et des services sociaux malgré un test de dépistage de la COVID-19 positif ne commettrait pas un acte dérogatoire à la profession. Il est essentiel de spécifier que dans ce contexte de crise, la contribution du plus grand nombre de professionnels est nécessaire pour assurer un accès aux soins à la population québécoise.

Les modalités d’application de cette décision du gouvernement sont d’ailleurs stipulées dans la directive émise par le MSSS.

Mesures de protection, un incontournable

Dans l’exercice de leurs fonctions, les infirmières et infirmiers auxiliaires disposent des connaissances et compétences requises concernant la prévention des infections. Il demeure tout de même indispensable que les travailleurs de la santé aient accès aux équipements de protection individuelle pour assurer leur santé et leur sécurité, ainsi que celle de la population.

Pour conclure, l’OIIAQ tient à rappeler que la vaccination s’avère le meilleur outil pour contrôler la pandémie. L’Ordre encourage fortement l’ensemble de ses membres à s’empresser de recevoir leur 3e dose de vaccin. Il en va de soi pour la sécurité des infirmières et infirmiers auxiliaires, celle des patients, mais aussi de l’ensemble de l’équipe de soins.

En savoir plus

Directive sur la levée de l'isolement des travailleurs de la santé des établissements du réseau de la santé et des services sociaux


Partage