Plan de relance de la santé au Québec

<b>Les infirmières auxiliaires au cœur des solutions</b>

Montréal, le 29 mars 2022 – L’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ), voit d’un bon œil le plan de relance proposé par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. Par sa mission de protection du public, l’Ordre soutient d’emblée les mesures qui permettent d’optimiser la qualité et la sécurité des soins et souhaite collaborer à la mise en place de ces dernières.

Pour parvenir à optimiser l’efficience du système de santé, l’apport des 29 000 infirmières auxiliaires est indispensable aux différentes solutions détaillées dans ce plan. La contribution de ces professionnelles à la hauteur de leurs compétences sera déterminante au succès de cette réforme.

« Il est grand temps que le rôle de l’infirmière auxiliaire soit uniformisé, en supprimant notamment les limitations qui empêchent l’utilisation du plein champ d’exercice de nos membres dans tous les milieux », déclare la présidente, Carole Grant.

Bien que le phénomène s’observe depuis plusieurs années, la crise sanitaire a mis en relief l’organisation déficiente de nos soins de santé. Le partage d’activités entre les professionnels de la santé présente des lacunes importantes et la contribution des infirmières auxiliaires n’est pas optimale dans les établissements. La pleine reconnaissance du champ d’exercice constitue la première étape pour déterminer le succès de cette réforme de soins.

Soutien à domicile et soins aux aînés

Avec le vieillissement de la population, l’avenir est prometteur pour le soutien à domicile (SAD). L’implication des infirmières auxiliaires dans les équipes de soins de ce secteur et bien d’autres est malheureusement à géométrie variable : certains milieux utilisent pleinement le champ d’exercice de ces professionnelles, tandis que d’autres les limitent dans l’exercice de certaines activités.

« Il est ainsi nécessaire de consolider et d’augmenter la présence de ces professionnelles afin de contribuer à l’effort que doit fournir le réseau public pour répondre au défi du maintien à domicile », renchérit Mme Grant.

L’usage du plein potentiel des infirmières auxiliaires auprès de la clientèle gériatrique contribuera également à freiner les éclosions, à s’impliquer dans les futures campagnes de vaccination et à améliorer la prestation de soins de qualité et sécuritaire aux aînés.

En s’assurant que chaque personne se trouve à la bonne place, il est possible de reconnaître pleinement l’infirmière auxiliaire dans les activités prévues à son champ d’exercice, laissant ainsi l’infirmière se concentrer sur ses activités d’évaluation et sur la clientèle dont la condition de santé est instable.

Regard vers l’avenir

En lien avec nos orientations stratégiques et le plan de relance du gouvernement, des travaux sont en cours pour moderniser le champ d’exercice de l’infirmière auxiliaire.

L’OIIAQ commentera plus largement au cours des prochaines semaines le plan présenté par le ministre Dubé et proposera des solutions concrètes qui impliquent ses membres, toujours dans le but d’améliorer la sécurité des soins au Québec.

À propos de l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec

L’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec compte plus de 29 000 membres, ce qui en fait le deuxième ordre professionnel en importance en santé. Il a pour mandat d’assurer la protection du public en exerçant une surveillance de l’exercice de la profession par le biais des divers mécanismes prévus par le Code des professions et ses règlements. L’Ordre a aussi pour mission de favoriser le développement professionnel de ses membres tout en visant l’excellence, et ce, afin de contribuer à l’amélioration de la qualité des soins et de la santé de la population.

- 30 -

Pour renseignements ou demandes d’entrevue, veuillez communiquer avec :
Annabelle Baillargeon
Directrice adjointe des communications et des partenariats stratégiques
C : 514 799-0987
abaillargeon@oiiaq.org


Partage