Carole Grant

PRÉSIDENCE

Carole-Grant.jpg#asset:9997urlMembre de l'Ordre depuis 1980, présidente de l'Ordre depuis 2017

PRÉSENTATION

Formation

Durant les quatre dernières années, j’ai suivi avec succès des formations pour me permettre de bien m’acquitter de mes responsabilités en tant que présidente de l’OIIAQ : 

  • Programme de certification en gouvernance des sociétés (Collège des administrateurs de sociétés, Université Laval)
  • Diverses formations liées à la gouvernance des ordres professionnels (surtout Conseil interprofessionnel du Québec)

Fonctions actuelles

  • Présidente de l’Ordre des infirmiers et infirmières auxiliaires du Québec
  • Membre du Comité de gouvernance et d’éthique du Conseil interprofessionnel du Québec

Fonctions antérieures

  • Agente syndicale (SPSS-CHUM)
  • 5ème Vice-présidente Infirmière auxiliaire (FIQ)
  • Vice-présidente Infirmière auxiliaire (SPSS-CHUM)
  • Présidente CIIA (CHUM)
  • Secrétaire CIIA (CHUM)

Principales activités au sein de l'Ordre

En tant que présidente de l’OIIAQ, je suis la principale représentante de l’Ordre auprès des membres, des instances gouvernementales et des médias, je dirige le conseil d’administration et j’assure la liaison avec la direction générale.

OBJECTIFS

Un deuxième mandat me permettra de poursuivre le travail, surtout pour faire reconnaître le plein champ d’exercice de l’infirmière auxiliaire, pour poursuivre son intégration dans des milieux non conventionnels et pour accroître le pouvoir d’influence et la visibilité de l’Ordre. 

Pour atteindre ces objectifs, durant mon premier mandat : 

  • J’ai eu une quinzaine de rencontres avec le ministère de la Santé, entre autres pour intégrer les infirmières auxiliaires dans cinq milieux de pratique : hémodialyse, soins périopératoires, soins à domicile, cliniques externes, services de santé courants.
  • J’ai rencontré les dirigeants du réseau de la santé dans tout le Québec (tournée Défis et enjeux de la profession).
  • J’ai participé à de nombreuses rencontres, souvent à l’initiative de l’OIIAQ, avec la DSI nationale, les DSI locales, les CIIA, les syndicats et les associations, d’autres ordres professionnels du secteur de la santé (Collège des médecins, Ordre des infirmières et infirmiers, pharmaciens, inhalothérapeutes, chiropraticiens), le Comité d’éthique clinique.
  • J’ai participé au Groupe de travail national Effectifs infirmiers du MSSS, qui vise à renforcer l’attraction de la profession et la rétention des professionnelles.
  • J’ai donné une quarantaine d’entrevues dans les médias partout au Québec, prononcé une vingtaine d’allocutions, tourné une dizaine de vidéos.
  • L’Ordre a amélioré les canaux de communication avec les membres en diffusant des communiqués de presse, en organisant un premier symposium national, une cinquantaine de conférences régionales.
  • L’Ordre a accentué la reconnaissance de la relève en remettant des médailles du mérite et en créant la nouvelle médaille réussite scolaire. Dans un deuxième mandat, je continuerai de m’assurer que l’Ordre remplit sa mission de protection du public et de veiller au développement de la profession. 

Pour ce faire, mes objectifs seront de :

  • Poursuivre la tournée Enjeu et défis de la profession auprès des établissements privés, pour bien positionner l’infirmière auxiliaire et faire reconnaître son plein champ d’exercice.
  • Valider l’avancement de l’implantation du plein champ d’exercice auprès des établissements du réseau déjà visités et poursuivre le travail avec eux.
  • Outiller les comités d’infirmières auxiliaires et les accompagner.
  • Poursuivre les travaux avec le MSSS et les DSI pour l’intégration des infirmières auxiliaires dans le réseau.
  • Poursuivre les discussions avec le ministère de l’Éducation au sujet de la refonte du programme de formation initiale pour qu’il réponde aux besoins du réseau de la santé. Durant la pandémie, l’Ordre a été en mode «solutions». Nous avons apporté des idées nouvelles dont le MSSS a tenu compte dans ses plans d’action. Nous avons conclu des ententes conjointes avec le Collège des médecins et l’Ordre des infirmières et infirmiers pour faciliter certaines des activités des infirmières auxiliaires. 
  • Je compte mettre tout en œuvre pour que les gains soient maintenus après la pandémie, poursuivre les démarches pour faire valoir le rôle essentiel que jouent les infirmières auxiliaires, et pour accroître leur visibilité. Ma priorité a été et continuera d’être la reconnaissance du plein champ d’exercice de l’infirmière auxiliaire, et je saisirai toutes les occasions pour poursuivre les avancées et contribuer à faire de l’infirmière auxiliaire une partenaire véritablement essentielle.

* Veuillez noter que l’Ordre a reproduit intégralement le bulletin de candidature et qu’il est de la responsabilité des candidats d’assurer la révision linguistique de leur fiche.