Les infirmières auxiliaires, des piliers dans la crise

Prendre sa place et accroître sa polyvalence

Jamais nous n’aurions pu prédire ce que nous réservait 2020, lors de la rédaction du dernier magazine Santé Québec. Pourtant, le monde entier allait être bouleversé par la COVID-19. Le Québec n’a pas fait exception et les infirmières auxiliaires ont dû redoubler d’ardeur pour limiter la propagation du virus. Cette crise sans précédent a bousculé les plans de tous les acteurs du système de santé, tant pour l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ) que pour le réseau public et privé.

Carole-Grant.jpg#asset:9997urlPar Carole Grant, inf. aux., Présidente du Conseil d’administration de l’Ordre

Impossible de passer sous silence cette situation historique et les conséquences que celle-ci a occasionnées. En quelques jours à peine, l’urgence sanitaire a été déclarée pour affronter collectivement ce virus. Les Québécois ont été confinés à la maison, branchés en grand nombre lors des points de presse quotidiens du gouvernement pour suivre l’évolution de la situation. Nous avons découvert, au fur et à mesure, les nouvelles consignes émises par la Direction de la santé publique.

Au fil des semaines, votre collaboration a rayonné de manière concrète dans les médias. Les images de vos efforts dans les cliniques de dépistage, dans les zones chaudes et auprès des patients vulnérables ont fait les manchettes.

Des piliers

On a enfin pu démontrer qu’une infirmière auxiliaire, ça ne veut pas dire secondaire. C’est un bras droit. Une professionnelle toujours prête à se lever les manches. Elle soigne, écoute, aide. Elle est à nos côtés, nous épaule, sans jamais baisser les bras.

C’est une personne de confiance qui répond toujours : « présente ! ». En ce temps de crise, les infirmières auxiliaires le sont par-dessus tout ! Pour preuve, en quelques semaines, plus de 700 anciennes professionnelles ont repris l’exercice, pour joindre leurs forces aux infirmières auxiliaires qui se trouvaient déjà au chevet des patients. L’Ordre a de plus enregistré un nombre record d’inscriptions au Tableau des membres. La mobilisation des candidates à l’exercice de la profession a également été fulgurante.

Toutes ensemble, vous avez fait la différence, en jouant pleinement votre rôle pour contribuer concrètement à cet événement historique. Votre rôle va bien au-delà de celui de l’ange gardien. Vous avez plutôt démontré que vous étiez les réels piliers pour surmonter cette crise.

Contre vents et marées

Au cours des derniers mois, la situation dans les CHSLD et les RPA a été décriée par les médias. Avec la grande proportion de membres qui oeuvrent auprès de la clientèle gériatrique, sachez que votre travail est indispensable pour offrir à nos aînés les soins sécuritaires et de qualité qu’ils méritent.

La pandémie a fait la lumière sur l’organisation des soins dans ces milieux, qui demandent une grande capacité d’adaptation et une proactivité non négociable. Je suis très bien placée pour témoigner de la différence que vous faites au quotidien dans ces milieux.

En avril dernier, j’ai dû faire mes adieux à ma mère, qui s’est éteinte dans ce contexte particulier. Au cours des dernières années, elle a reçu les bons soins de toute l’équipe de son CHSLD et je ne peux qu’avoir une pensée admirative pour toutes les infirmières auxiliaires qui ont traité ma mère comme si elle était la leur.

Pendant toutes ces années, j’avais confiance en ces professionnelles qui arrivaient à combiner toute leur expertise à leur humanité, pour faire en sorte que ma mère ne souffre pas et qu’elle soit apaisée.

Sans que vous le réalisiez, des petits gestes font une différence immense dans la vie des patients et de leurs proches. La crise entourant la COVID-19 aura sans aucun doute permis de réaliser l’importance d’avoir les ressources nécessaires afin qu’il soit possible de dispenser les meilleurs soins à tous nos parents.

En traversant mon deuil, je souhaite sincèrement qu’on arrive à offrir le même traitement que celui réservé à ma mère, grâce à la bienveillance des infirmières auxiliaires qui l’ont entourée.

Tirer des leçons

Il faut savoir tirer des leçons des épreuves traversées. La crise que nous avons vécue et que nous subissons toujours aujourd’hui nous permettra de repenser les soins de demain, de nous positionner comme société pour investir dans les bonnes priorités. Pour l’OIIAQ, cette période nous motive à continuer les efforts dispensés pour faire valoir la place indispensable de l’infirmière auxiliaire dans l’équipe de soins.

Au nom du Conseil d’administration, sachez que nous redoublerons d’efforts pour maintenir notre place dans les équipes de soins et pour nous assurer que notre plein champ d’exercice puisse être mis au profit de la population.

Nous sommes les héroïnes de cette crise. Nous sommes courageuses, nous n’avons pas peur de mettre la main à la pâte. Avec unité, nous vaincrons la bataille. Nous sommes plus de 28 000 professionnelles rassemblées avec vous jusqu’au bout, pour stopper la COVID-19.

À toutes les infirmières et tous les infirmiers auxiliaires qui exercent dans l’ombre, merci pour votre dévouement, votre bienveillance et votre sacrifice. La santé des Québécois est entre de bonnes mains.


Partage