CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA COVID-19

Les infirmières et infirmiers auxiliaires, des partenaires incontournables

Montréal, le 15 décembre 2020 – L’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ) se réjouit de voir l’implication de ces professionnelles dans la campagne de vaccination contre la COVID-19, initiée hier. Alors que le premier vaccin au pays a été administré par une infirmière auxiliaire, il est évident que ces professionnelles font partie de la solution pour traverser cette crise sanitaire et qu’elles sont des partenaires incontournables au succès de cette campagne vaccinale historique.

« Les 28 000 infirmières et infirmiers auxiliaires jouent un rôle essentiel dans les activités reliées à la vaccination de la COVID-19. Nous sommes très fiers de constater que cette campagne a été initiée par l’une de nos membres. Cela démontre l’importance de favoriser la mise à contribution du plein champ d’exercice pour chaque professionnel de l’équipe soignante, afin de dispenser à la population des soins sécuritaires et de qualité », déclare la présidente de l’Ordre, Carole Grant.

Rappelons que les infirmières auxiliaires sont très présentes auprès des clientèles gériatriques, qui sont priorisées dans cette campagne de vaccination. Elles sont des acteurs de premier plan dans la mise en œuvre de cette nouvelle étape dans la lutte contre la propagation de la COVID-19.

Un avis conjoint

Par ailleurs, l’OIIAQ a initié une réflexion à laquelle se sont joints le Collège des médecins du Québec (CMQ) et l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), portant sur la question de la vaccination par l’infirmière auxiliaire. Cette réflexion a permis de mieux définir le rôle de chaque professionnel de la santé dans le respect de son champ d’exercice, et permettra aux infirmières auxiliaires d’assurer un apport optimal à l’équipe de soin.

L’administration d’un vaccin comporte certains risques de préjudice, dont des réactions cliniques indésirables ainsi que des situations pouvant nécessiter une intervention d’urgence.

Ceci explique qu’une évaluation de l’état de santé en amont de la vaccination et une surveillance des manifestations cliniques indésirables sont requises.

Par ses activités professionnelles, l’infirmière ou l’infirmier auxiliaire peut contribuer à la vaccination, notamment en contribuant à la surveillance requise immédiatement après la vaccination et en appliquant les mesures d’urgence décidées par le vaccinateur. Ainsi, l’infirmière ou l’infirmier auxiliaire pourrait, dans certains cas, procéder à la vaccination au domicile ou dans le milieu de vie et ce, sans la présence du vaccinateur sur place et aux conditions suivantes :

  • Le statut et l’historique de vaccination de la personne ont été vérifiés par un professionnel habilité à le faire (infirmière ou infirmier, médecin, inhalothérapeute, pharmacien, sage-femme) ;
  • La personne a fait l’objet d’une évaluation préalable de son état de santé par un professionnel habilité ;
  • Une autorisation de procéder à la vaccination a été donnée par un professionnel habilité ;
  • L’infirmière ou l’infirmier auxiliaire doit avoir accès à un vaccinateur pour une intervention rapide, notamment dans le cas où il y a constat de manifestations cliniques inhabituelles.

Nous vous invitons à consulter les récentes modifications du PIQ pour des informations complémentaires.

Cet avis conjoint émerge grâce à la précieuse collaboration du CMQ et de l’OIIQ pour mener à bien ce projet, qui permettra non seulement à l’infirmière auxiliaire d’être une fois de plus un apport incontournable au sein de l’équipe interdisciplinaire, mais aussi d’assurer à la population des soins sécuritaires et de qualité.

À propos de l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec

L’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec compte plus de 28 000 membres, ce qui en fait le deuxième ordre professionnel en importance en santé. Il a pour mandat d’assurer la protection du public en exerçant une surveillance de l’exercice de la profession par le biais des divers mécanismes prévus par le Code des professions et ses règlements. L’Ordre a aussi pour mission de favoriser le développement professionnel de ses membres tout en visant l’excellence, et ce, afin de contribuer à l’amélioration de la qualité des soins et de la santé de la population.

-30-

Pour planifier une entrevue avec la présidente de l’OIIAQ, Carole Grant, vous êtes invités à communiquer avec nous aux coordonnées suivantes :

Annabelle Baillargeon
Directrice adjointe des communications et des partenariats stratégiques
T : 514 282-9511, poste 248 / C : 514 799-0987
abaillargeon@oiiaq.org
www.oiiaq.org


Partage