Autre

  • 1. L’infirmière auxiliaire peut-elle exercer en tant que travailleuse autonome ?

    Oui, l’infirmière auxiliaire peut exercer comme travailleuse autonome. À titre d’exemple, elle peut développer une entreprise en soins de pieds, de prélèvements sanguins ou de soins généraux. 

    En tout temps, elle doit s’assurer de respecter son champ d’exercice qui, en vertu de l’article 37p) du Code des professions, se lit comme suit : 

    « Contribuer à l’évaluation de l’état de santé d’une personne et à la réalisation du plan de soins, prodiguer des soins et des traitements infirmiers et médicaux dans le but de maintenir la santé, de la rétablir et de prévenir la maladie et fournir des soins palliatifs. »

    Pour ce faire, l’infirmière auxiliaire se doit de connaître les activités réservées énumérées à l’article 37.1 (5°) du Code des professions et d’avoir une éthique déontologique (Code de déontologie) afin de ne pas transgresser les limites dans l’exercice de sa profession.

    Nous vous invitons à consulter le document  Démarrer une entreprise, obligations légales et professionnelles de l'infirmière auxiliaire qui présente les règles applicables aux infirmières auxiliaires exerçant en entreprise. Également, le Code de déontologie des infirmières et infirmiers auxiliaire établit des règles quant aux honoraires demandés et à la publicité que le membre peut faire. 

  • 2. L’infirmière auxiliaire peut-elle remplacer un cathéter sus-pubien ?

    Tout comme le cathéter vésical à demeure, l’infirmière auxiliaire peut aussi remplacer un cathéter sus-pubien.

    Selon l’article 37.1 (5°), par. h) du Code des professions , l’infirmière auxiliaire peut ;
    « Introduire un instrument ou un doigt, selon une ordonnance, au-delà du vestibule nasal, des grandes lèvres, du méat urinaire, de la marge de l’anus ou dans une ouverture artificielle du corps humain. »

    L’infirmière auxiliaire doit avoir les connaissances et les compétences pour exercer cette activité. Plusieurs établissements de santé ont une règle de soins infirmiers encadrant les soins reliés au cathéter sus-pubien. L’infirmière auxiliaire qui exerce dans l’un de ces établissements doit s’y conformer. 


Partage